Quelle structure d’url choisir pour le SEO ?

Réferencement, SEO

Le sujet semble trivial et si on sait que l’impact des URLs sur le positionnement est très relatif, l’url est l’élément-clé permettant la découverte d’un contenu. Le choix de la nomenclature est un élément décisif dans la construction d’un site web pérenne.

Impact de l’URL sur les performances SEO

Impact direct

Google nous préconise l’utilisation d’URLs lisibles avec des slugs explicites, ainsi nous pouvons imaginer qu’il lit les termes employés dans l’URL, ce qui nous encourage à pousser notre mot-clé principal dans le slug de l’url.

Exemple : website.tld/keyword

Il est aussi précisé qu’il faut utiliser un tiret « – » et non un Underscore « _ » en tant que séparateur de mots pour que Google puisse correctement comprendre le contenu. Vous trouverez le détail dans les guidelines officiels de Google. Matt Cutts insiste sur l’utilisation des tirets dans cette vidéo publiée en mars 2009.

Impact indirect

Liens ancrés sur des URLs

S’il ne nous est pas toujours possible d’avoir de jolies ancres optimisées sur nos backlinks, on se retrouve souvent avec des liens ancrés sur notre url.
On peut imaginer que si l’url présente dans le slug notre mot-clé principal de manière explicite, ce backlink dit « non optimisé » le devient peut-être finalement.

C’est une des théories qui peut expliquer le bonus que certains prétendent aux EMD (Exact match domaine) car il est difficile d’imaginer que Google donnerait un bonus de pertinence directement par la présence d’un terme dans le domaine.

D’ailleurs c’est confirmé par John Mueller (Webmaster Trends Analyst chez Google) : « In short, no. You don’t get a special bonus like that from having a keyword in your top-level domain.”

Disclaimer : L’idée que les termes d’une URL utilisés en ancre soient traités comme une ancre optimisée reste purement spéculatif.

Changement d’URLs – Impact Utilisateur

Historiquement, on a toujours laissé penser que l’utilisation d’URLs courtes et faciles à écrire est un élément important pour l’expérience utilisateur. On retrouve d’ailleurs un article de Jakob Nielsen (docteur en interactions homme-machine) qui l’explique en Mars 1999.

Néanmoins, cet aspect est à relativiser, en effet en 2022, même lorsque l’URL est simple, nous avons tendance à passer par une recherche pour retrouver un site, ou encore un favori, un lien sur un réseau social, etc…

Les cas où nous avons besoin de réécrire une url sont extrêmement rares, par ailleurs dans le cadre d’une campagne TV ou print, si une url courte est nécessaire pour maximiser la conversion, nous allons plutôt générer une URL plus courte spécifiquement pour l’évènement plutôt que de prendre l’url finale qui resterait bien trop longue.

Exemple : Google utilise souvent le domaine g.co pour ce genre de cas.

Bien que nous n’ayons pas d’étude précise à vous délivrer, reste qu’il faille certainement relativiser l’impact d’une URL sur un utilisateur. Néanmoins dans l’actualité plus récente, un élément tend à penser que l’utilisateur souhaite tout de même avoir l’œil sur l’url réelle d’un site web lorsqu’il navigue dessus…

Pour la sortie de Chrome 85, Google souhaitait masquer l’url dans son navigateur pour n’afficher que le domaine. Mais après une levée de bouclier, Google finit par faire machine arrière.

Ce qui nous laisse à penser que bien que l’impact d’une URL sur un utilisateur soit difficile à estimer, on peut légitimement penser que cet impact n’est pas nul. Aussi, s’il ne faut pas se donner de limite de caractère, il est bon de penser ses URLs comme étant lisibles et avec des mots-clés identifiant clairement le contenu abordé.

Impact de l’URL sur le suivi

Il serait dommage de s’arrêter là et penser l’URL comme une simple contrainte nécessaire permettant à un utilisateur d’accéder à un contenu. Cela ne doit pas non plus se résumer à un réservoir supplémentaire sur lequel on peut placer des mots-clés. En regardant plus loin c’est un objet élémentaire du web que l’on manipulera constamment dans différents cas de figure, notamment sur de l’analyse. D’un point de vue métier, il est très agréable d’avoir le plus d’informations possibles sur un contenu à la simple lecture de son adresse.

Identification des thématiques

Breadcrumbs

Avec un fil d’ariane bien conçu il est tout à fait possible de catégoriser rapidement des contenus, alors quel est l’intérêt de retrouver ces éléments depuis l’URL ?

Il est évident qu’un fil d’Ariane permet une catégorisation bien plus fine des contenus qu’une URL, néanmoins il y a un seul inconvénient : le fil d’ariane n’est récupérable que si le contenu est accessible.

Imaginons que vous ayez à traiter des logs serveur et que vous vous rendez compte d’un nombre important de hit sur des URLs répondant en 404, impossible de récupérer le contenu, mais une URL bien construite vous permettra de comprendre quelle typologie de pages génèrent ces hits et avancer plus facilement dans votre investigation.

Identification des templates & de la thématique

Il y a deux grandes catégories d’appartenance : le template (catégorie technique), et la thématique (liée à l’arborescence).

A la lecture d’une URL, le fait de savoir que l’on a affaire à une fiche produit de l’univers “mobilier” ou plutôt à un article de blog de la catégorie « décoration » nous permet de générer des dashboard de suivis catégorisés sans besoin d’autres sources de données qu’une liste d’urls et de métriques associées.

Exemple de dashboard issue de données GSC
Exemple de dashboard issue de données GSC

Risque lié à la thématique

Quitte à faire passer des informations au travers de l’url, on pourrait être tenté d’être le plus exhaustif possible.

Exemple : website.tld/mobilier/bureau/siege-de-bureau/siege-gamer/nom-produit

Ici on aurait effectivement l’ensemble de l’arborescence pour notre fiche produit, ça pourrait aisément s’exploiter dans différentes analyses mais ce niveau de détail à un prix !

Si finalement, la catégorie bureau, devient « bureaux » ou que le « siège gamer » devient « fauteuil gamer » ou que finalement le produit n’était pas rangé dans le bon rayon …

Pour chaque petite modification de libellé des milliers d’URLs peuvent être modifiées… Ainsi nous obtenons ici des URLs très fragiles qui risquent de ne pas être très stables dans le temps, ce qui n’est pas idéal pour pérenniser votre SEO ainsi que vos autres campagnes d’acquisitions qui exploitent les mêmes URLs.

Par ailleurs, si un produit peut être dans plusieurs rayons, ici vous pourriez vous retrouvez avec différentes URL pour un même contenu et générer de la duplication d’URL.

Utilisation d’identifiants numériques dans les URLs

Une autre question qui peut se poser, c’est faut-il garder des id visibles dans ses URLs ?

Exemple : /product/ciseau-14287

On pourrait aisément alléger nos URLs en ne stipulant pas nos id techniques, cependant, les garder présentent plusieurs avantages :

  • Performance : Au chargement de la page, dans bien des cas, l’application récupèrera plus rapidement le contenu si elle requête sur un id unique numérique plutôt que sur une chaine de caractère (le slug)
  • Redirection automatique : Si jamais le slug est amené à changer, une règle de redirection automatique peut être implémentée et générer une redirection 301 vers la bonne url en fonction de l’id présent dans l’url même si le slug n’est plus le bon. Ici en cas de modification de libellé, il n’y aura pas à prévoir de redirection, ce sera fait automatiquement.

Exemple avec Mano Mano : https://www.manomano.fr/p/vasagle-lit-double-cadre-de-lit-en-metal-pour-matelas-de-140-x-190-cm-pour-adultes-adolescents-pas-besoin-de-sommier-assemblage-simple-pour-petits-espaces-noir-par-songmics-rmb063b01-24071727

Ici, le titre du produit est très long et le risque qu’un mot du titre puisse changer est important, notamment dans le cadre d’une optimisation SEO. Si ce produit est lié depuis d’autres sites, imaginons un partage sur un forum ou un réseau social, la simple modification du titre changerait l’URL et produirait des liens morts.

Imaginons qu’initialement le titre de ce produit était simplement : « Lit double », l’url était donc plus simplement : https://www.manomano.fr/p/lit-double-rmb063b01-24071727

En cliquant dessus, vous verrez qu’une redirection est automatiquement effectuée, cela est rendu possible par le fait que l’id du produit lui ne bouge pas dans le temps et reste présent dans l’URL. Ainsi, il est possible d’optimiser les titres sans s’inquiéter d’avoir à créer de nouvelles règles de redirections.

Dans le cas ou l’id du produit n’apparaîtrait pas dans l’URL, l’application n’aurait aucun moyen de faire matcher l’url au bon contenu automatiquement. Une règle de redirection aurait dû être pensée spécifiquement pour cette URL au moment du changement.

Ce qui génère plusieurs inconvénients :

  • Le nombre de règles de redirections serait de plus en plus nombreuses au fur du temps et peut impacter les performances de chargement des pages.
  • Cela complique le processus d’optimisation, modifier des titres impliquerait de publier des règles de redirections.
  • Risque de génération de liens morts lorsqu’un titre est modifié sans passage par l’équipe SEO.

En définitif le fait d’allier la présence d’un titre dans l’URL et l’ID de l’item permet de profiter de l’avantage d’avoir des mots-clés dans l’URL tout en couvrant nos arrières sur l’accessibilité des contenus.

Cas particulier des paramètres d’URLs

Pour une URL, nous pouvons avoir des paramètres qui se matérialisent de cette manière : ?var=value.

Un des cas ou nous pouvons retrouver ce type de paramètre est pour la pagination /listing?page=2
Mais nous pouvons aussi concevoir ces URLs sans paramètres : /listing/p/2.

Un des autres cas ou les paramètres d’URLs sont très utilisés, c’est pour le tracking, notamment les ?utm_campaign= si vous utilisez Google Analytics pour vous aider à tracker vos campagnes d’achats médias par exemple.

Si pour certaines routes, vous hésitez entre l’insertion de variable en paramètre ou directement dans l’url, nous vous recommandons de trancher de cette manière : si mon paramètre n’affecte pas le cœur du contenu de la page alors privilégiez les paramètres d’url (c’est le cas pour toutes les url de tracking). Sinon, produire une route spécifique à ce comportement.

Ainsi pour de la pagination qui impacte directement le contenu, nous vous encourageons à avoir une route dédiée (/page/2).

Cela vous permettra de différencier vos contenus réels de tout ce qui est duplication, ce qui vous permet d’y voir plus clair dans l’analyse et d’alimenter plus facilement votre fichier robots.txt si nécessaire.

Quelle structure d’URL choisir ?

Les règles d’or

  • N’utilisez que des minuscules dans vos URLs
  • Utilisez des tirets en séparateur de mots
  • Intégrez votre id technique dans vos URLs
  • Intégrez votre mot-clé principal dans le slug
  • Intégrez un marqueur de template dans vos URLs
  • Intégrez un marqueur thématique dans vos URLs
  • Utilisez les paramètres d’url seulement pour les URLs dupliquantes.

Exemple de nomenclature

/template/verticale/id-slug

Exemple : 

/product/mobilier/45-siege-de-bureau-secret-lab

/post/entretien/27-conseils-pour-reussir-son-menage-de-printemps

Sources :

Besoin d’un accompagnement SEO ?

Vous avez besoin d’un accompagnement sur la stratégie SEO de votre site Web ?

Echanger sur la stratégie SEO de mon site web

1 Commentaire

  1. Elias

    Merci pour cet article de qualité qui m’aide énormément !
    Les permaliens sont très importants pour le SEO et beaucoup de personnes négligent cette partie-là

    Réponse

Laissez une réponse à Elias Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires